Post #12 - TMC S’agit de ne pas se rater. Je n’aurai qu’une seule tentative. Un petit échauffement s’impose donc.

D’abord quelques rotations toniques de la tête. Histoire de pivoter promptement de droite à gauche, sans risquer le torticoli. On ne sait jamais d’où viendront les questions.

Ensuite, une vingtaine de flexions du poignet droit et de l’index. Afin d’atteindre une dextérité maximale dans le défilement des slides. Important.

Enfin, diction à haute voix des phrases clés et du MSS (Message Subliminale Subtile) : ré-echanter le matin, besoin de sous, ligne d’accessoires haut de gamme, besoin de sous, made in France, besoin de sous, potentiel international, besoin de … bon, je crois que le MSS sera passé à ce stade.

Ok, je suis prêt. Car aujourd’hui, j’ai présentation.

Présentation de mon projet, pour trouver des financements (au cas où vous auriez pas capté le MSS, vous).

Parce qu’entre la semaine dernière et cette semaine, figurez-vous que j’ai reçu d’autres chiffres. Et du lourd. Du tellement lourd, que j’ai au début cru que mon interlocuteur, au téléphone, parlait en anciens francs. Et puis non. Apparemment c’était même pas des nouveaux francs. Ni même des francs CFA. Non. C’était des euros.

Je ne savais même pas qu’on avait le droit de dire des chiffres aussi importants au téléphone.

D’ailleurs, quand on y pense, ça ne devrait pas être permis. C’est dangereux.

Rendez-vous compte ! De stupeur, j’ai failli renverser mon café. Café qui, inévitablement, aurait atterri sur mon ordinateur (étant donnée la constante proximité des deux). Mon ordinateur n’aurait probablement pas survécu à ce mélange des genres, et j’aurais perdu toutes mes données. Plus de données, plus de projet. Plus de projet, plus de The Morning Company. Plus de The Morning Company, plus d’entreprise française leader mondial du ré-enchantement du matin. CQFD.

Voilà comment avec un trop gros chiffre donné par téléphone, on détruit des fleurons nationaux. Et pourtant, personne dans la classe politique française ne semble s’en inquiéter. C’est hallucinant…

Bref, revenons à notre mouton. Il s’agit donc de financer tout ça. Tous ces chiffres qui s’empilent. Avec ces zéros en trop. Et c’est maintenant que ça se joue.

Pour commencer, pas de costard. Faut pas déconner, on ne peut pas vouloir ré-enchanter le matin et arriver en costard. Ça serait comme choisir Bernard Cazeneuve pour incarner Le Slip Français. Compliqué. (Quoique…)

Ensuite, dérouler le projet. Sans perdre de vue les aspects sur lesquels il sera jugé : l’innovation, le sérieux, le potentiel. Et ma capacité à le porter, à l’incarner. Un entrepreneur, c’est aussi un commercial. Les bonnes idées qui se vendent toutes seules, c’est un mythe. Même une (très) bonne idée, ça mérite une belle mise en scène pour qu’on en perçoive tout le potentiel. A chaque présentation, formelle ou informelle, il faut donc être convaincant. Parce que chercher des financements, c’est comme participer à une compétition à élimination directe : si vous ne jouez pas chaque rendez-vous à fond, vous risquez de vous faire sortir définitivement à tout instant. Même si vous aviez le potentiel d’aller loin.

Enfin, bien écouter. Pour bien comprendre le processus, les facteurs clés de succès de la démarche, les prochaines étapes… et pouvoir juger des chances de réussite et de l’effort à fournir.

En somme, je m’apprête à entamer mon tournoi de Roland Garros, en commençant aux tours préliminaires. Mais avec une dotation finale qui ne se compte pas en millions. En même temps, avec un peu de chance je ne devrais pas pitcher face à Nadal. C’est déjà ça. Suis pas si fluent en espagnol que ça.

Le reste de ma semaine en quelques chiffres :
3 heures passées en terrasse à bosser au soleil (très ré-enchantant)
6 contacts dans le packaging grâce à vous : muchas gracias
8 rendez-vous dans la semaine, dont un… finalement tout seul, avec mon café
138 réponses (& bonnes idées) à ma question de la semaine dernière : merci !
2 places achetées pour le concert d’AC/DC en mai : quelqu’un veut venir ?
320 lignes excel pour faire ma 1ère version du business plan

Très belle semaine à tous. N’hésitez pas à partager généreusement cet article si l’envie vous en prend, et à mercredi prochain pour ceux qui le veulent bien!

Pssstt : si vous êtes pas encore abonnés à la newsletter, c’est par ici !