Post #13 TMC (2)

Surtout, ne pas se retourner. Si je me retourne, je suis foutu.

Regarder devant, et courir le plus vite possible. A ce stade, c’est ma seule chance. Pas question de la laisser filer.

Rester concentré sur l’objectif…

Et puis soudain, semblant crever le ciel, et venant de nul part, surgit… non pas un aigle noir, mais une question.

Une simple et bête question. Très légitime et bienveillante du reste. Mais néanmoins terrible. Sournoise. Pernicieuse. Dévorante.

« Alors, Thomas, ça avance comme tu veux ton projet ? »

9 mots. Il aura suffit de 9 mots et d’un point d’interrogation pour couper mon élan. Stopper net ma lancée.

Me voilà donc condamné à regarder en arrière, à dresser un premier bilan. Soit.

Mais faire un bilan, ce n’est pas un exercice simple; surtout pour un entrepreneur. Un « bon » bilan, c’est un peu comme l’Agence Tous Risques : il doit arriver au bon moment (trop tôt, il sera forcément déceptif, trop tard, il ne corrigera plus rien) et faire preuve de fermeté (pas d’autoflagellation, mais pas d’excuses complaisantes). Une fois qu’on a dit ça, ce n’est pas pour autant facile de savoir quand et comment s’y prendre.

Bon. Voyons voir.

100 jours. Voilà précisément 100 jours que j’ai entamé cette aventure du Morning Challenge. Et on a fait quoi, en 100 jours, mon mac, mes expressos et moi ?

Ben… c’est difficile à dire.
(c’est toujours mauvais signe quand ça commence par « c’est difficile à dire »)

En 100 jours : j’ai…
. créé ma société (SAS) et trouvé un nom de marque (The Morning Company)
. choisi un designer (Marco)
. fait designé 3 des 5 premiers produits de ma ligne d’accessoires
. trouvé des fournisseurs pour une partie de mes produits
Et aussi…
. dépensé près de 5 000 euros
. bu 473 cafés et rencontré 73 personnes
. écrit 14 articles sur The Morning Challenge
. eu un 1 petit garçon
. mangé 13 curry wursts
. appris une nouvelle langue (j’usine, tu polis, il moule, nous tournons, vous laminez, ils thermo-soudent)

Mais en 100 jours, je n’ai pas…
. trouvé des fournisseurs de confiance pour tous mes (1ers) produits
. fait produire un seul prototype pour un des produits
. obtenu des devis clairs sur tous les composants
. réussi à avoir un début de commencement de planning de production
Et aussi…
. atteint 5 millions de chiffres d’affaires en 2 semaines
. gagné le championnat de France de Pierre-Feuille-Ciseaux
. testé un bon restaurant en Auvergne
. toujours compris ce qu’on me racontait au téléphone
. obtenu le soutien officiel de Barack Obama

Pourtant, à de rares exceptions près, ces objectifs que je n’ai pas atteints étaient atteignables. Donc malgré un certain nombre d’avancées positives, il me faut constater que je peux sûrement améliorer ma façon de travailler.

En tout cas, s’il est une chose dont je reconnais incontestablement la valeur, à l’issue de ces 100 jours, c’est le soutien que j’ai reçu de votre part. Vos emails, vos messages, vos conseils et vos commentaires encourageants. Même vos questions bienveillantes sur mon état d’avancement. Ou tout simplement, votre lecture.

Vous êtes près de 1 000 à me suivre, et j’en suis très honoré. Alors 1 000 mercis pour ces 100 jours passés ensemble.

J’espère qu’il en reste beaucoup plus de 100 à venir.

A mercredi prochain !

Psssst : pour ceux qui ne me suivent pas encore, c’est par ici