Post #15 - TMC

C’est incroyable. Mon corps semble bouger sans que je ne lui ai rien demandé. Je suis spectateur de mes propres mouvements.

Ça démarre par une petite impulsion des jambes, qui me fait me lever de mon siège et me décaler vers la droite. Puis mon pied gauche s’avance, pour s’arrêter quelques centimètres plus loin, bien à plat. Mon pied droit, derrière, se met quant à lui en appui sur la pointe.

Puis plus rien.

Quelques secondes passent. Le temps de constater que mes voisins de table n’ont pas conscience de ce qui m’arrive. Je suis comme marabouté. Et eux sont comme… pas du tout intéressés.

Soudain, ça redémarre.

Mon pied droit se met progressivement à plat, tandis que dans le même temps mon pied gauche glisse vers l’arrière en relevant le talon.

Ça y est, j’ai compris.

Je suis en train de faire un Moonwalk.

Enfin, disons que mon corps essaye. Et vu les regards perplexes des quelques personnes qui ont entre temps levé la tête, je crois pouvoir affirmer que j’ai la grâce d’un phacochère tétraplégique. Mais l’intention est là.

Car aujourd’hui, c’est un jour un peu spécial : je lance mon 1er prototype. Et mon corps a décidé, à sa façon, de le célébrer. Par un Moonwalk. Un petit pas dans le NUMA, mais un grand pas pour le Morning Challenge.

Bon, ce n’est qu’un prototype. Et ce n’est même pas celui d’un de mes produits « complexes » (le rasoir, la brosse à dents). Mais qu’importe. C’est un PROTOTYPE. Quelque chose que je vais pouvoir toucher, manipuler, montrer, tester. La première incarnation tangible de ma vision et de mon projet entrepreneurial. La première avancée très concrète.

En fait, ce prototype c’est un peu comme le collier de pâtes qu’on fait, enfant, pour la fête des mères (si si, vous voyez très bien, ne niez pas) : c’est basique et moche, mais comme c’est la première réalisation « manuelle », c’est émouvant.

Et puis mine de rien, une des difficultés de la création d’entreprise, c’est de rester motivé quand le travail ne semble pas avancer ou payer. Et c’est encore plus flagrant dans le cas d’un projet avec une production artisanale (voir semi-industrielle), où le fruit du travail met encore un peu plus de temps à « mûrir ». Alors, il faut savoir prendre chaque petite avancée, chaque petite victoire comme on prend un bon burger : avec gourmandise et plaisir. Et surtout, sans arrière-pensées.

Ceci dit, faut rester lucide. Là, on parle d’un petit prototype. Tout simple. Tout bête. Donc pas question non plus de mettre le burger avant les boeufs. Le boulot est loin d’être fini.

Le reste de ma semaine en quelques chiffres :
35 secondes d’humiliation en public avec ce Moonwalk “de légende”
2 déclarations mensuelles de TVA complétées (suite à un appel des impôts)
3 personnalités inspirantes recrutées au Board de The Morning Company
bonnes idées puisées dans vos réponses sur “ce qui enchante vos matins”
4 devis reçus pour différents produits : ça avance…
1 crainte : et si, la prochaine fois, le Moonwalk devient un grand écart ?

A mercredi prochain, même aventure, même heure !

Note aux non-inscrits à la newsletter du blog : suivez-moi, c’est par ici !