Post TMC

[Dans un bar sans nom, au fond d’une ruelle éponyme, où même les bières ont le cafard]

Tout n’avait pourtant pas si mal commencé.

Seulement, les évènements se sont précipités. Et pas dans le bon sens.

Le vieux Harry m’avait bien prévenu. Avec sa mine patibulaire, mais presque, il m’avait mis en garde. Mais je n’ai pas cru à ses avertissements. Faut dire qu’il les avait puisés tout au fond de son verre de scotch. Et moi et le scotch, ça colle rarement.

Bref, je devais maintenant me rendre à l’évidence : rien ne se passait comme prévu. A chaque avancée, de nouvelles résistances. A chaque réponse, de nouvelles questions. Et les questions, les gens n’aiment pas ça. Ça, non. Pourtant, c’est mon boulot, de poser des questions. Et faut bien que j’le fasse, mon boulot…

Bon, ok, je ne tourne pas au scotch mais au café. Et le NUMA n’est pas un bar sans nom, dans une ruelle éponyme.

Mais quand même. Je dois me rendre à l’évidence : la production, c’est comme le début d’un mauvais polar. Ça ne peut aller que de plus en plus mal.

Jamais vu quelqu’un qui se faisait livrer des produits moins chers que prévu, ou plus tôt que prévu. Et encore moins de meilleure qualité que prévu.

Non. La production, ça se passe rarement comme planifié, jamais mieux, souvent plus compliqué. Avec des rebondissements, des cafés renversés, des emails indigestes, des incompréhensions retentissantes… et parfois, quand même, des sourires devant l’écran.

Heureusement, j’ai beaucoup de chance de travailler avec les fournisseurs que j’ai trouvés. Dans ce genre de péripéties, la relation (humaine) avec ses fournisseurs est clé. Surtout quand son business est entre leurs mains.

D’ailleurs, vous voulez voir à quoi ils ressemblent ? Jetez donc un oeil au reportage que le quotidien La Montagne a réalisé sur les fournisseurs The Morning Companyhttp://bit.ly/1LfmTrR

La Montagne - 3 octobre 2015

De mon côté, je repars chercher au fond de ma 5ème tasse de café l’inspiration pour dégoter un 125ème plan B. Avec le moral. Je vous rassure.

Le reste de ma semaine, en quelques chiffres :
32 lignes dans ma « to do list », soit +20% en une semaine
1 partenariat presque signé… après 6 mois de négociation
4 rendez-vous avec des entrepreneurs en germe
3 heures pour pondre un « plan de communication » de fin d’année

Bonne semaine à tous – et comme chaque fois, si vous aimez : partagez !