Post TMC

Il s’agit de ne rien oublier.

La route va être longue. Très longue.

Bien des lunes passeront avant que le chemin s’achève.

Pourtant, impossible de savoir ce que ces terres hostiles et inconnues nous réservent. De toute façon, pas question de rebrousser chemin. L’avenir est à ce prix. Il faut donc se préparer au mieux.

Car dans quelques jours, je pars à la conquête de l’Ouest.

L’Ouest, ses grands espaces, ses territoires inconnus, ses habitants imprévisibles. Enfin, quand parle de « l’ouest », j’exagère un peu. C’est plutôt au sud. Un petit sud, d’ailleurs.

Bon, en fait, je pars à la conquête d’un nouveau territoire qui est… la Porte de Versailles. Hé oui. Dans moins d’un mois (du 6 au 8 novembre), je fais mon 1er salon : le salon MIF Expo. Et comme pour toute épopée digne de ce nom, il faut la préparer… sans pour autant savoir exactement à quoi s’attendre.

Donc je suppute, je conjecture, je présume et j’échafaude. Avec une certitude : je vais forcément oublier quelque chose. Il faut juste que ce soit la chose la plus insignifiante possible. Parce que moi pas Mac Gyver. Moi pas savoir construire un char d’assaut avec un trombone rose et un aspirateur.

Et pourtant il est inconcevable de rater cette première conquête, étape décisive dans l’histoire de The Morning Company.

D’ailleurs, parmi les facteurs de succès décisifs, il y a… l’équipage. Le mien étant pour le moment assez modeste, je profite de votre lecture pour lancer cette proposition : si certains veulent venir vivre un peu de l’aventure The Morning Challenge et me donner un coup de main sur le plus beau stand du salon (aka le stand C60), j’en serais honoré et ravi. Promis, le café coulera (du thermos) à flots, comme la bonne humeur.
(Pour les gentils volontaires, m’écrire un email)

Le reste de ma semaine en quelques chiffres :
2 mauvaises nouvelles côté production… pour un total cumulé de 57
1 réponse d’un palace parisien qui m’a fait très plaisir
2 emails de lecteurs du livre The Morning Challenge qui m’ont touché
5 rendez-vous pour faire avancer la réflexion et le ventes
7 cafés au lait, parce qu’au fond, pourquoi pas, après tout, hein

Bonne semaine à tous, et à mercredi prochain !