« Cher Thomas, j’ai le plaisir de vous annoncer que vous avez été sélectionné parmi des milliers pour vivre une expérience scientifique révolutionnaire sur le travail. Cette expérience peut changer votre vie. »

Excellent. Cette offre est quasiment impossible à refuser.

Cet email, que je suis sur le point de m’envoyer, a pour objectif d’achever de me convaincre d’être cobaye. Objectif de l’expérience : optimiser radicalement mon temps de travail. Et cette année, si je veux accélérer, il faudra au moins ça.

Sur le principe, c’est sympa. En pratique, ça veut dire avoir aux basques deux éminents scientifiques (Pareto & Parkinson) qui regardent chacune de mes tâches, de mes actions, pour en évaluer la pertinence. Avec chacun sa marotte.

Pareto répète constamment que 80% des résultats sont générés par 20% du travail : il fout donc ses binocles partout pour trouver les 80% de travail peu rentable dans mon programme et les couper. Parkinson, lui, considère que plus on a de temps pour faire quelque chose, plus on en prend. Et inversement.

En gros, ça veut dire qu’en théorie je peux en faire 3 à 4 fois plus qu’avant, dans le même laps de temps. Fa-cile.

Il faut éliminer, simplifier, sous-traiter, automatiser. Le résultat, pour le moment c’est que je fais plus de choses… et que je suis tout aussi proportionnellement plus à la bourre. Mais c’est intéressant.

C’est d’ailleurs un des avantages d’être entrepreneur : on a la possibilité d’explorer plus facilement de nouvelles façons de travailler, et de tester des choix plus radicaux. Reste qu’il faut que ça soit efficace. Et tenable.

Parce que je ne vous cache pas que quand Pareto & Parkinson ont commencé à penser à émettre l’idée de suggérer que je boive moins de cafés et que je me donne moins de temps pour les boire… on a failli en venir aux mains.

Ma semaine en quelques chiffres
1 outil génial pour gagner du temps : zappier
3 heures par semaine gagnées en enlevant des tâches peu efficaces
30% de ma semaine consacrée à des nouvelles tâches mais…
2 fois plus de sujets sur lesquels je suis à la bourre
5 cafés par jour (et ça, aucun scientifique ne le changera)
1 très bel article sur The Morning Company dans le magazine Challenges

Très belle semaine à tous !