« Monsieur Arnault,

J’aimerais beaucoup que vous m’offriez un café.

The Morning Company, start-up « made in France », est le futur leader mondial du ré-enchantement du matin. Notre philosophie : proposer une expérience sublimée de la routine matinale, qui s’appuie sur le savoir-faire français.

Accordez-moi un café (sans sucre) et 20mn pour que je vous présente The Morning Company. »

En fait, c’est ça qui est intéressant dans une levée de fonds : ça oblige à revenir à la substantifique moelle du projet. Parce que quand vous devez synthétiser en une phrase, un tweet, 2 étages d’ascenseur ou 4 lignes votre projet et son évolution à 5 ans, vous êtes obligés de peser chaque mot.

Et puis chaque rencontre apporte son lot de questions, de conseils, de commentaires. Les forces se révèlent, les faiblesses aussi… qu’il faut tenter de corriger avant le prochain rendez-vous, et devenir ainsi de plus en plus solide sur ses appuis.

D’ailleurs, à la réflexion, la vraie valeur d’une levée de fonds n’est peut-être pas financière. En tout cas pas que. La valeur est probablement beaucoup dans le travail qu’elle impose sur le projet, dans la richesse des avis et des contributions.

En parlant de substantifique moelle, celle de The Morning Challenge, c’est de vous raconter mes péripéties d’entrepreneur. Et ça serait probablement incomplet si je ne partageais pas avec vous ce qui m’occupe depuis quelques semaines : ma présentation stratégique.

Alors adieu, secret d’état, adieu, confidentialité. Voici pour vous The Morning Company, à nu : http://bit.ly/24123Eb

Le reste de ma semaine en quelques chiffres :
8 rendez-vous (yeah)
1 nouveau potentiel fournisseur rencontré
1 pop-up store booké pour juin
3 cafés… par demi-journée, seuil d’alerte atteint

Très belle seconde moitié de semaine, et à mercredi prochain !