Il y a un risque. Un vrai risque.

Et je peux pas dire que je l’aurais pas vu venir. Il m’est déjà tombé dessus il y a quelques mois, quand le père Noël approchait à pas feutrés.

Ce risque, il a un nom : le tunnel de l’efficacité improductive.

Contexte : beaucoup de choses à faire et peu de temps
Syndrome : excitation et impression d’être efficace en faisant les choses vite et bien
Constat a posteriori : beaucoup de choses faites, certes, mais sans discernement et intelligence – avec pour conséquence une utilisation de l’énergie et du temps vraiment pas optimale.

Là, du tunnel, je n’en vois pas le bout : j’en vois l’entrée.

Et il s’annonce salé, ledit tunnel (même s’il ne passe pas sous la manche) : développement des nouveaux produits, promotion du livre, ouverture et animation de 2 pop-up stores en juin, mise en place de partenariats et communications diverses, développement d’une version internationale du site… Tout ça dans les 4 semaines qui viennent. Youpi.

Je ne sais même pas si le triple expresso du Numa Café va être à la hauteur des enjeux.

Mais le plus important, ça sera de réussir à ouvrir l’œil. Rester vigilant. Ne pas se laisser entraîner par le tourbillon de l’action, pour garder un soupçon d’intelligence dans ma façon de travailler.

Pour ça, une seule solution : je compte m’imposer une balade quotidienne de 30 minutes sans aucun objet connecté. Un rendez-vous imposé avec mon cerveau, en quelque sorte. Dans la période qui s’annonce, ça sera peut-être salvateur.

Le reste de ma semaine en quelques chiffres :
30 pourcent de croissance par jour de ma to do list (haaaa…)
5 rendez-vous, presque tous le matin
32 jours avant la fête des pères
1 café artisanal dégusté… dans l’escalier du Numa

Bonne semaine à tous, et à mercredi prochain !