Encaisser les problèmes de production et de logistique, je veux bien.

Endurer les doutes et les remises en questions quotidiennes, j’y suis prêt.

Ramer tous les jours pour essayer de faire de The Morning Company le leader mondial du ré-enchantement du matin, je l’ai choisi.

Mais qu’on essaye de m’enlever mes PPI, ça, je veux pas. Je suis contre. Très très contre.

Et mes PPI – Plaisirs Périphériques Indispensables – en ce moment, j’en suis privé. Pas de bières en terrasse (oui, je travaille en buvant… et l’inverse) ou alors à mes risques et périls et en bottes. Et pas de Roland Garros non plus. Enfin un peu, mais pas beaucoup, et on sait jamais vraiment quand.

L’incertitude, au quotidien, j’en ai déjà assez en tant qu’entrepreneur : alors j’aimerais qu’elle n’atteigne pas mes plaisirs périphériques. Question d’équilibre. Et de pérennité de mon business.

D’ailleurs, les chiffres sont incontestables : il y a une corrélation statistique avérée entre le nombre de jours de pluie par an et le nombre de défaillance d’entreprise (2013-2015). La preuve irréfutable que la météo est un facteur clé dans l’équilibre psychologique de l’entrepreneur. Qu’attendent donc les pouvoirs publics pour agir ?

Bon, malgré ces contrariétés aquatiques majeures, j’ai tout de même réussi à avancer. Et à sortir 2 nouveaux accessoires : Mazarin et Proust. Ça vous dit de les rencontrer ?

Et si vous voulez les voir en vrai, et moi aussi, je vous convie au cocktail d’ouverture du pop-up store The Morning Company, vendredi 10 juin, au 39 galerie Vivienne : l’invitation est ici (pssst, prévenez-moi par email si vous comptez venir)

Le reste de ma semaine en quelques chiffres
1 bière en terrasse par temps gris… c’est nul
1 dossier de presse refait de A à Z : à mettre entre toute les mains
3 heures de shooting photo dans ma future boutique
4 emails importants envoyés à Conran, Merci, Colette et Le Bon Marché
19 jours avant la fêtes des pères : ça chauffe !

Bonne semaine à vous, et à mercredi prochain !